Rendre l’injection plastique compatible avec une vision d’avenir

Chez Natta, nous avons conscience de l’impact environnemental de la production de plastique conventionnel, issu de la pétrochimie.

C’est pourquoi nous travaillons, depuis plusieurs années, sur le développement de plastiques biosourcés (en partie ou à 100%). Ces plastiques biosourcés peuvent être (ou non) biodégradables, compostables.

Le développement de ces nouveaux matériaux est encadré par les lois et des normes qui définissent la manière de mesurer le taux de ressources renouvelables utilisées, ainsi que la capacité d’un matériau à se dégrader ou à être recyclé.


Les matériaux bioplastiques
De la découverte des premiers matériaux naturels à l’industrialisation

Le terme bioplastique rassemble les matières plastiques biosourcées (issues de la biomasse au lieu du 100% pétrole) et les matières plastiques biodégradables (dont compostables), y compris issues de ressources pétrolières.

La biomasse, qu’est-ce que c’est ?
Il s’agit de la matière organique d’origine végétale, animale, bactérienne ou fongique.

Le premier matériau naturel a été découvert au 17e siècle : il s’agit du caoutchouc, de la famille des élastomères. En 1855, le premier plastique a vu le jour : la parkesine, à base de cellulose. Jusqu’au début du 20e siècle, de nouveaux bioplastiques ont été conçus : le celluloïd (issu de nitrate et de camphre), la galalithe (à base de caséine, la protéine la plus abondante dans le lait) ou encore le cellophane (issu de cellulose et de diaphane, pour un bioplastique transparent).

Le boom pétrolier a par la suite fait oublier les bioplastiques. Ce n’est que depuis le début des années 2000 que l’on observe à nouveau une croissance du marché des bioplastiques, pour deux raisons principales : l’épuisement des ressources pétrolières (augmentation du prix du pétrole) et la prise de conscience de l’importance de préserver l’environnement (lutte contre l’augmentation des gaz à effet de serre).

Les matériaux bioplastiques - Natta

La Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte, promulguée en 2015, a mis fin à la production de gobelets, assiettes et couverts jetables (depuis 2020) et des sacs plastiques (depuis 2017), sauf ceux qui sont compostables et biosourcés. Ainsi, il s’agit de trouver des alternatives au plastique “traditionnel” issu de la pétrochimie et donc de développer davantage les plastiques biosourcés, issus de 30 à 60% de matières naturelles, selon le type de produit. (Source : Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’énergie).


Les matériaux biosourcés chez Natta
Des polymères issus partiellement ou entièrement de ressources renouvelables

Parmi la biomasse utilisée pour la production de plastique biosourcé, on note principalement le blé, le maïs, la betterave ou encore la pomme de terre. Les molécules de ces polymères sont obtenues grâce aux glucides (sucre, amidon), aux protéines, à la cellulose ou la lignine.

Plastiques biosourcés d’origine renouvelable

biodégradables ou non-biodégradables

Plastiques biodégradables et/ou compostables (digérables par les micro-organismes du sol)

  • Origine biomasse : Polysaccharides (cellulose, amidon)
  • Origine micro-organismes : PHA (Polyhydroxyalcanoate)
  • Monomères : PLA (polylactique acide)

Plastiques non biodégradables

  • BioPA
  • BioPE
  • BioPET
Les matériaux biosourcés - Natta

Chez Natta, nous sommes en veille permanente pour trouver des alternatives plus respectueuses de l’environnement, en intégrant des matières d’origine renouvelable. Ainsi, nous développons de nouveaux plastiques biosourcés, à partir de ressources locales : liège, lin, coquilles Saint-Jacques…

Nous avons par exemple mis au moins un matériau biosourcé à partir de déchets de liège mélangés à du polypropylène, utilisé notamment pour la production de brosses à dent. Cela permet d’une part, de recycler les déchets de liège, et d’autre part de réduire la part de plastique dans la matière.

Comment évaluer le taux de ressources renouvelables ?

Il existe deux normes : ASTM D6866 (méthode comparative sur la base du carbone 14) et EN 16785-1 (méthode plus précise avec le carbone 14 et la mesure des atomes d’oxygène, d’azote et d’hydrogène).


Les matériaux biodégradables et compostables

Pour être qualifié de biodégradable, un matériau d’emballage doit répondre aux tests de la norme EN13432:2000. Ces tests sont réalisés dans un milieu (eau douce, eau salée, sol) sur une durée de six mois maximum. À l’échéance, la masse de départ du matériau doit être dégradée au minimum à 90%, soit 10% de résidus maximum, et la biodégradation ne doit pas avoir d’effets écotoxiques sur le milieu.

La compostabilité d’un matériau d’emballage également définie par la norme EN13432:2000, avec des tests sur une période de 12 semaines maximum, dans un composteur industriel. Là encore, il s’agit de constater des résidus représentant au maximum 10% de la masse de départ, et ces résidus doivent mesurer moins de 2mm. Enfin, cela ne doit pas avoir d’effets écotoxiques sur le milieu.

Les matériaux biofragmentables (polymères synthétiques avec additifs végétaux ou minéraux) et oxodégradables (thermoplastiques avec additifs de métaux lourds) sont appelés ainsi car ils ne répondent pas aux normes. Ils ne sont ni biodégradables, ni compostables, ou n’ont pas prouvé leur manque d’effets écotoxiques.

Parmi les plastiques biodégradables, on note par exemple les PHA (famille de biopolymères), présentant des caractéristiques proches des plastiques traditionnels, mais biodégradables.


Les matériaux issus de plastiques recyclés

Chez NATTA, en 2020, 80 tonnes de matières plastiques recyclées ont été transformées. Notre objectif est de maîtriser 100% de nos déchets plastiques.

Recycler une tonne de plastique pour le réutiliser permet d’économiser 830 litres de pétrole. On comprend ainsi toute l’importance de l’utilisation de matières premières de recyclage (MPR) pour éviter le gaspillage de ressources naturelles et d’énergie, et réduire ainsi son impact sur l’environnement.

En France, 29% des articles en plastique sont recyclés (principalement les bouteilles). Hors des filières bouteilles, ce taux est réduit à 5%. (Source : Rapport annuel Citeo / Observatoire du geste de tri des emballages 2019). L’objectif du gouvernement est d’atteindre le 100% de plastique recyclé d’ici 2025.

29 %

des articles en plastique sont recyclés

Comment se déroule le recyclage des déchets plastiques ?

Les plastiques collectés dans les bacs jaunes sont broyés en paillettes. Celles-ci sont ensuite lavées puis triées par matière. Les paillettes fondues ensemble permettent la production de granulés plastiques.

Pictogrammes du recyclage

Les matières recyclées disponibles chez Natta sont le PP 100% recyclé, le PMMA 100% recyclé, le PET 100% recyclé, l’ABS 100% recyclé.

Selon le type de plastique, ils peuvent être recyclés en différents produits.
Chez Natta, ces plastiques recyclés sont donc transformés en manche de brosse à dent (La Brosserie française), en pot à brosse wc (Biom) ou encore en flasque (IMV).

Vous avez un projet ?

Contactez une équipe talentueuse et passionnée pour mener à bien votre projet